sportifs, par Fernand Léger

Les grands plongeurs noirs, Fernand Léger, 1944

La politique de formation des sportifs de haut niveau est en pleine réflexion dans notre pays. C’est un enjeu important, pas seulement pour les performances internationales, mais aussi pour mieux prendre en compte les questions de santé, d’équilibre psychologique et de reconversion des athlètes.

Jusqu’ici, c’était plutôt le saupoudrage des moyens qui prévalait : Michel Daerden avait promis la création de quatre centres de formation en Communauté française : Jambes, Mons, Liège et Bruxelles. Une ineptie vue les ressources disponibles et l’étroitesse de notre territoire.

Ecolo a toujours proposé au contraire de concentrer les moyens en un seul lieu. Et pourquoi ne pas d’abord envisager la création d’un centre unique pour toute la Belgique ? Une position défendue aussi par le monde sportif et que j’ai eu la chance de pouvoir défendre avec succès en lien avec Marcel Cheron durant les négociations de l’Olivier en juillet dernier.

Résultat ? Positif : l’accord prévoit que la Communauté française soutiendra, en concertation avec l’Etat fédéral, les entités fédérées et les fédérations sportives, la création d’un centre unique d’expertise et de formation pour les sportifs de haut niveau.

Pour concrétiser cet accord, le Ministre des Sports, André Antoine, a annoncé qu’il consulterait le Gouvernement fédéral sur cette question.

J’ai donc interrogé mardi dernier le Premier Ministre sur l’état d’avancement des contacts. On sait que la compétence des Sports est transférée aux Communautés. Néanmoins, le Gouvernement fédéral peut jouer un rôle de coordination des actions menées par les Communautés en matière de sport. Le COIB est demandeur d’une telle coopération renforcée entre les Communautés et l’Etat fédéral. Et les athlètes qui défendent nos couleurs dans les compétitions internationales transcendent bien souvent la frontière linguistique. Il en va ainsi en athlétisme des relais 4X100m dames ou 4X400 mètres messieurs, pour ne prendre que cet exemple.

Usain Bolt

Usain Bolt à Bruxelles, avenue de la Toison d'Or

Dans sa réponse (lire in extenso les débats ici, à partir du bas de la page 9 du docume nt pdf), le Premier Ministre s’est montré particulièrement ouvert à une concertation sur la question. Il se dit prêt à jouer un rôle de facilitateur entre les Communautés française et flamande. Une très bonne nouvelle qui devrait inciter André Antoine à avancer. Car Herman Van Rompuy a aussi constaté qu’il n’avait pas encore été sollicité par le Ministre des Sports. Le Ministre du Budget qu’il est également ne saisit-il donc pas l’urgence à tenter de trouver une solution concertée et soucieuse d’une bonne utilisation des deniers publics ?