Arrivée ce matin à 8h00 à Turin pour le début de la mission parlementaire consacrée au rail.

Les membres de la commission sur la sécurité du rail entament un périple de quatre jours en Italie et en Suisse pour étudier les systèmes ferroviaires, les investissements de pointe, la sécurité du rail. Une mission planifiée avant la catastrophe de Buizingen mais qui trouve aujourd’hui plus encore qu’hier sa raison d’être.

Ce lundi, la journée tout entière a été consacrée à la technologie des trains pendulaires. Nous avons visité les installations d’Alstom à Savigliano, dans la région de Turin (photo), qui assurent l’intégration finale du Pendolino. On n’est pas loin ici de Pollenzo (Bra), la capitale du Slow-Food et de son université de la gastronomie.

Développé pour la première fois dans  les années 70, le Pendolino est train qui utilise une technologie qui lui permet d’être de 20 à 30 pc plus rapide dans les courbes, grâce à une inclinaison beaucoup plus importante que celle des trains classiques, et ce sans désagrément pour le voyageur.

L’utilisation de trains pendulaires sur la ligne Bruxelles- Luxembourg est aujourd’hui à l’étude. Infrabel a déjà décidé de modifier les voies en conséquences, mais la SNCB n’a quant à elle pas encore pris la décision d’acheter ces fameux trains. Enjeu à terme : retrouver une ligne la plus rapide possible entre Amsterdam et Milan, via Bruxelles et Strasbourg. C’est un des signes du retour en force du train et de la technologie ferroviaire dans le transport.

Autre exemple de ce renouveau, l’utilisation du train pendulaire par Virgin Trains en Grande-Bretagne sur la ligne reliant Londres à Glasgow, dans un contexte de libéralisation du rail anglais qui n’a pas que des bons côtés il est vrai. Mais ici aussi, c’est une technologie de pointe qui est mise en œuvre, un service de qualité qui est offert, un design intérieur et extérieur attrayant et qui apporte un niveau très élevé de confort. Entre Londres et Manchester, le rail concurrence désormais à nouveau l’avion, et la croissance du trafic est exponentielle. On aimerait de tels projets ambitieux en Belgique plutôt que l’investissement de prestige dans quelques grandes gares.

L’élément de sécurité n’est pas absent de nos travaux, bien évidemment. Construit dans des coques d’aluminium, les Pendolino semblent particulièrement solides. Le déraillement complet d’un tel train en Angleterre, en 2007, à une vitesse de 140 kms/heures n’a provoqué à l’époque le décès que d’une seule personne.

Demain, en passant de l’Italie à la Suisse dans un des trains de Trenitalia, nous prendrons connaissance du système de sécurité ETCS qui équipe les trains pendulaires, notamment via une visite de la cabine de pilotage. Je vous en parle demain soir.