Bonne nouvelle ! La conférence des présidents de la Chambre réunie ce mardi après-midi a donné un avis favorable à la poursuite des travaux des experts désignés au sein de la Commission spéciale sur la sécurité du rail. Ecolo-Groen en avait fait la demande. C’est donc une victoire des Verts qui avaient relancé le débat sur cette question fin de semaine dernière.

En effet, jeudi dernier, la conférence des présidents de la Chambre avait refusé que les travaux de la commission se poursuivent. Et avait également dit non à la poursuite du travail des experts qui épaulent la commission spéciale. Une position très dure essentiellement portée par Olivier Maingain qui estime en substance qu’on n’avait jamais fait comme ça jusqu’ici et qu’il est dangereux d’innover.

Je suis revenu à la charge hier lundi lors de la dernière séance de la Commission spéciale de cette législature. Avant que nous procédions à l’audition des représentants néerlandais du Conseil d’Enquête sur la Sécurité, j’ai insisté pour que la question du travail des experts soit réexaminée par la Conférence des présidents. En effet, rien ne justifie réellement qu’ils arrêtent leurs travaux.  Si les réunions de la commission sont aujourd’hui devenues impossibles, les experts désignés pour aider la commission peuvent continuer leur travail durant la période de latence.

Suspendre totalement ces travaux serait encore plus dommageable et irresponsable. En effet, il a été particulièrement difficile de recruter et de désigner ces experts et leur travail n’a donc véritablement commencé qu’au mois d’avril. Leur mission a clairement été définie dans un document de six pages particulièrement précis adopté par la Commission ; on peut donc dire qu’il y a un contrôle parlementaire qui s’exerce sur leur travail de traitement des documents importants que la SNCB doit fournir d’ici le 15 mai au plus tard. Si on retardait cette étape, on retardait aussi de nombreuses semaines les auditions des responsables politiques et la rédaction des recommandations qui devront être faites par la commission.

J’ai été suivi dans mon argumentation par plusieurs parlementaires et par le président de la Commission qui a donc remis la question en débat lors de la conférence des présidents. Si certains ont émis des réserves, le président Dewael a néanmoins suivi le souhait de la Commission spéciale. Malgré l’interruption malheureuse des travaux due aux élections, les experts pourront donc poursuivre leur mission . Ecolo-Groen est satisfait de cette décision. Une volonté politique s’est clairement exprimée pour que la sécurité du rail reste une priorité malgré le lancement de la campagne électorale et la dissolution des Chambres. Il n’en reste pas moins que le Parlement qui sera issu des élections devra revoter pour réinstaller la commission spéciale, définir ses missions, sa composition et les délais dans lesquels elle devra remettre ces recommandations. Bref, le rapport final, c’est pas pour tout de suite…