Il était temps d’agir. Basta, l’émission de la VRT a montré cette semaine qu’en matière de jeux téléphoniques télévisés, ces programmes de jeux diffusés en heures creuses, les téléspectateurs, très sollicités pour répondre par téléphone à des questions ou énigmes diverses, sont vraiment les dindons de la farce. Au cours des dernières années et singulièrement des derniers mois, les programmes de jeu télévisés de type « call-TV » ont dès lors suscité une vive polémique. De nombreuses informations au sujet de ce type de jeux ont été rendues publiques grâce au travail d’investigation journalistique et des associations de consommateurs. Selon ces informations de nombreux abus, voire d’arnaques, ont lieu dans cette activité opaque.

On lira attentivement cette étude du CRIOC datant de 2007. Depuis les choses n’ont pas beaucoup changé.  Le CRIOC a publié une autre étude en mars 2010 une étude très complète sur les pratiques abusives en la matière. La conclusion de ce rapport est sans appel : « L’Arrêté Royal du 12 mai 2009, malgré les améliorations apportées ne garantit pas une protection efficace du consommateur. Nous sommes tout simplement face à des pratiques commerciales déloyales et trompeuses interdites par la loi, comme démontré par de nombreux exemples. » Dans un communiqué de janvier 2011, le CRIOC recommandait même la suppression de ce type de jeux, comme c’est le cas aux Pays-Bas.

Suite à l’émission de la VRT, la Vlaamse Media Maatschappij, qui propose ces jeux sur deux de ses chaînes, a annoncé sa décision de retirer ce type de jeux. Cette initiative illustre bien le malaise auquel est confronté ce secteur.

Compte tenu du nombre d’abus importants, du manque de transparence, de l’intérêt inexistant de ce type de « jeux » pour les consommateurs, de la forte dépendance que ce type de jeux peut provoquer, une solution simple s’impose. En outre, les sociétés qui organisent ce type de jeux ont jusqu’à présent fait peu de cas des règles, en dépit de modifications successives de la réglementation. Il convient donc de tirer les conclusions en interdisant purement et simplement les programmes de jeux téléphoniques télévisés. C’est pourquoi j’ai donc déposé une proposition de loi visant cet objectif avec ma collègue de Groen !, Meyrem Almaci. La Libre Belgique évoquait la proposition dans son édition de ce matin.

Mise à jour : la proposition de loi est consultable sur le site de la Chambre : cliquez ici pour en prendre connaissance.