ImageÀ partir du 12 novembre, le Thalys à destination de Paris ne circulera plus sur la dorsale wallonne. Ni sur la « dorsale flamande » d’ailleurs. La société Thalys International a annoncé que les rames devaient faire l’objet de maintenance (une fois de plus….) et que la situation ne serait pas rétablie avant la fin mars 2013. Durant cette période, les usagers au départ de Namur, Charleroi et Mons devront prendre leur train à Bruxelles.

Ce n’est pas la première fois que la dorsale wallonne se voit ainsi privée de sa liaison à grande vitesse vers Paris et j’avais d’ailleurs déjà interpellé le ministre Magnette en mai dernier (voir le compte-rendu intégral du 22 mai 2012/question 37). Je soulignais l’augmentation du prix et du temps de parcours pour les usagers. Je m’interrogeais également sur le maintien à long terme de l’offre Thalys sur la dorsale wallonne. Les faits semblent aujourd’hui me donner raison ! Entre mars 2012 et mars 2013, la liaison Thalys sur la dorsale wallonne n’aura été assurée que très épisodiquement et toujours pour les mêmes raisons : la maintenance des rames…

Voici les questions que je poserai dès demain après-midi au ministre Magnette.

  •  Qu’est ce qui justifie une nouvelle suspension de l’offre en Thalys sur la dorsale wallonne ? Le travail de maintenance effectué de mi-juillet à fin août n’était-il pas suffisant ?
  • N’est-il pas possible de conserver quelques trains sur la dorsale ou d’en affecter d’autres en remplacement afin d’éviter une suspension totale de l’offre ? Ne serait-ce que pour assurer un service le lundi matin et le vendredi soir? Pourquoi ?
  • À court terme, quelle solution va être apportée en ce qui concerne les coûts supplémentaires qu’implique le fait de devoir se rendre à Bruxelles pour prendre son Thalys ? Des compensations sont-elles prévues pour les usagers ?
  • Avez-vous plaidé auprès de la SNCB pour le maintien de l’offre en Thalys sur la dorsale wallonne ? Avez-vous pris contact avec votre homologue français ? Comment pouvez-vous garantir  le maintien de l’offre à moyen terme?
  • Le contrat de gestion de la SNCB précise que complémentairement à la dotation annuelle d’exploitation, la SNCB reçoit les dotations visant à compenser les coûts associés aux dessertes intérieures par trains à grande vitesse. Pour l’année 2012, ce montant est de 6,1 millions d’euros. Qu’en est-il de la révision à la baisse de cette dotation, la mission n’étant plus assurée correctement ?

Réponses (je l’espère) rassurantes (on peut toujours rêver) dès demain après-midi…

Lire aussi :

Thalys sur la dorsale wallonne : suppression confirmée

Menaces sur la liaison Thalys empruntant la dorsale wallonne