Lundi 16 décembre 2013 vers 23h00, la séance plénière de la Chambre termine peu à peu ses travaux sur le budget 2014 de l’État fédéral. J’ai utilisé ce moment pour interpeller le ministre des Entreprises publiques sur la remise en cause par le nouveau patron de la SNCB du travail fourni par les agents de la SNCB. Pour Monsieur Cornu, ceux-ci seraient responsables des problèmes de ponctualité. Dans un courrier que leur nouveau patron leur adresse, courrier cosigné par le patron d’Infrabel,  Jo Cornu les invite à « plus de rigueur, d’attention et de discipline ». Alors que les statistiques de ponctualité n’ont jamais été aussi mauvaises, les cheminots vont-ils devenir les boucs-émissaires? Un peu facile…  Les agents de la SNCB et d’Infrabel, de moins en moins nombreux, et de plus en plus pressés, méritent le respect, surtout de la part d’un patron qui vient d’arriver, qui n’y connait pas grand-chose au rail et qui a été choisi un peu par hasard…

PS : j’ai un peu improvisé sur l’exemple de la dorsale wallonne, les chiffres se sont pas forcément exacts mais l’exemple reflète ce qui est de plus en plus vécu par les conducteurs de trains sur  le réseau.